La crise des droits humains en République centrafricaine. Questions et réponses

Headline Title:
République centrafricaine. Questions et réponses

09 avril 2014

Le contexte

Les forces de la Séléka (terme qui signifie  » alliance en sango, la langue nationale) se sont rendues responsables d’atteintes aux droits humains systématiques et généralisées en République centrafricaine au cours de l’année 2013. Après des saccages meurtriers qui ont débuté dans le nord-est, elles se sont déployées dans tout le pays, s’emparant de la capitale Bangui et renversant le président de l’époque, François Bozizé, en mars 2013. Au cours des 10 mois qui ont suivi, les membres de la Séléka ont tué un nombre incalculable de civils, incendié de nombreux villages et pillé des milliers d’habitations (voir le document d’Amnesty International,

Une vue d’ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Media Node:
Twitter Tag:
CARcrisis

Story Location:

République centrafricaine

5° 39′ 29.0844″ N, 19° 34′ 39.4932″ E

La République centrafricaine est touchée par une crise humanitaire et des droits humains sans précédent.
En ne réagissant pas plus fermement et rapidement, la communauté internationale a fait preuve d’une indifférence sans pitié pour les civils de ce pays, les abandonnant au moment où ils avaient besoin d’aide.

Source:
Christian Mukosa, spécialiste de la Centrafrique à Amnesty International

Description:
Nouvelle, 2 avril 2014

Description:
Carte/action en ligne

Description:
Nouvelle, 26 mars 2014

Description:
Nouvelle/rapport, 12 février 2014

Description:
Nouvelle/synthèse, 19 décembre 2013

    

Share Button

Related posts