Violences sexuelles : halte aux excuses, il faut abroger les lois néfastes !

En Algérie et en Tunisie, la loi permet aux violeurs d’éviter la prison en épousant leur victime – si elle est âgée de moins de 18 ans.

Signez cette pétition …

Aux autorités Algériennes, Marocaines et Tunisiennes

En Algérie et en Tunisie, des violeurs évitent toute sanction en épousant leur victime mineure. Au Maroc et au Sahara occidental, ce n’est heureusement plus le cas. Cependant, la loi ne protège toujours pas correctement les personnes ayant subi des violences sexuelles.

Je vous demande de mettre un terme à la discrimination envers les femmes et les filles victimes de violences sexuelles en prenant les mesures énoncées ci-après.

Modifiez les lois néfastes et discriminatoires, notamment :

  • en abolissant les articles 326 et 227 bis des codes pénaux algérien et tunisien, respectivement ;
  • en abrogeant l’article 488 du Code pénal marocain et en cessant de moduler la sévérité de la peine infligée à l’auteur d’un viol selon si sa victime était vierge ou non ;
  • en modifiant la définition du viol pour la rendre conforme au droit international, c’est-à-dire applicable à la fois aux hommes et aux femmes et dépourvue de toute mention indiquant qu’un recours à la force est nécessaire pour qu’un acte soit qualifié de viol ou qu’il incombe à la victime de prouver qu’il y a eu viol ;
  • en adoptant une loi de portée générale visant à lutter contre les violences liées au genre ;
  • en reconnaissant le viol conjugal comme une infraction pénale à part entière ;
  • en dépénalisant les relations sexuelles hors mariage entre adultes consentants , car les victimes de violences sexuelles pourraient renoncer à porter plaintes de crainte d’être elles-mêmes poursuivies en justice.

Veillez au respect de l’obligation de rendre des comptes et faites en sorte que les victimes puissent obtenir de l’aide :

  • en rendant accessibles des voies de recours efficaces tenant compte des besoins des victimes de violences sexuelles ;
  • en formant les policiers, les juges, les avocats et les professionnels de la santé afin de les sensibiliser à la situation des personnes ayant subi des violences sexuelles et de les amener à agir envers elles sans discrimination et en respectant la confidentialité des échanges ;
  • en proposant des services médicaux et sociaux efficaces, y compris l’accès à la contraception d’urgence et la possibilité de recourir à des procédures d’avortement sûres et légales.

Veuillez agréer l’expression de ma haute considération,[civicrm component= »petition » id= »23″ hijack= »1″]

 

Share Button

Related posts