Turquie. La parodie de justice se poursuit alors que les autorités ne présentent toujours aucune preuve contre Taner Kılıç et les 10 d’Istanbul

Réagissant à la décision d’un tribunal d’Istanbul de repousser à nouveau le procès du président honoraire d’Amnesty International Turquie Taner Kılıç, de l’ancienne directrice İdil Eser et de neuf autres défenseurs des droits humains, Andrew Gardner, directeur des recherches et de la stratégie sur la Turquie à Amnesty International, a déclaré : 

« La parodie se poursuit pour ces défenseurs des droits humains qui font l’objet d’accusations absurdes de terrorisme. Il a été prouvé lors d’audiences précédentes que ces allégations ridicules selon lesquelles les 10 d’Istanbul participaient à une réunion secrète et subversive sont fausses. Il est ahurissant que les autorités doivent encore analyser les appareils électroniques saisis lors de l’arrestation de ces personnes il y a presque un an et demi.


« Six audiences différentes ont déjà eu lieu dans le cadre de ce procès. Le fait de faire traîner les procédures dans le cadre de poursuites motivées par des considérations politiques n’est pas nouveau. Il s’agit d’une manœuvre délibérée destinée à forcer des défenseurs des droits humains innocents à vivre un calvaire dans l’attente, alors que le spectre d’une condamnation pour des accusations de terrorisme plane au-dessus d’eux.


« Il est abject de transformer des défenseurs en accusés. Nous ne cesserons jamais de nous battre pour les 10 d’Istanbul et pour Taner. Ils doivent être acquittés sans délai et toutes les poursuites engagées contre des personnes défendant simplement les droits humains en Turquie doivent cesser. »

Le procès a été reporté au 21 mars 2019. Taner Kılıç fait toujours l’objet d’une interdiction de voyager.


Source: amnesty.org

Share Button

Related posts

Leave a Comment