Niger. Les autorités doivent mettre fin aux poursuites contre deux activistes

Les autorités du Niger doivent libérer deux défenseurs des droits humains détenus arbitrairement depuis huit mois pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression, a déclaré Amnesty International à la veille du verdict du procès de l’un d’entre eux.

Le tribunal de Zinder à l’Est du pays, doit prononcer ce mardi 5 décembre, le verdict du procès de Yahaya Badamassi, coordonnateur régional d’Alternative espaces citoyens, une organisation de la société civile. Son procès avait été ouvert et il avait bénéficié d’un non-lieu fin août. Mais le procureur a fait appel de la décision et il demeure en détention.


«Badamassi a été arrêté et incarcéré uniquement en raison de ses activités pacifiques de défense des droits humains. Il doit être libéré immédiatement et sans condition,» a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagnes pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Les autorités doivent veiller à ce que les militants puissent mener leurs activités légitimes de défense des droits humains sans restriction ni crainte de représailles.»

Depuis son arrestation le 25 avril dernier à Zinder, Badamassi a été inculpé d’abord pour «organisation et participation à une manifestation interdite» et «destruction de biens publics.» En juin le procureur a ajouté les chefs d’inculpation de «participation à un mouvement insurrectionnel» et «conspiration contre la sécurité de l’État.»

Un autre activiste, Sadat Illiya Dan Malam attend toujours son procès non encore programmé depuis son arrestation dans la ville de Zinder le 18 avril dernier. Il est le coordonnateur régional du Mouvement patriotique pour une citoyenneté (MPC), une autre organisation de la société civile. Il a été inculpé de «participation à un mouvement insurrectionnel» et de «conspiration contre la sécurité de l’État.»

L’inculpation des deux activistes est liée aux manifestations organisées dans différentes régions du Niger contre la Loi de finances 2018. Elle prévoyait des mesures d’austérité et de nouvelles taxes pour les petits commerçants et les ménages modestes.

Le 6 mai dernier, Yahaya Badamassi et Sadat Illiya Dan Malam ont tous les deux été transférés vers les prisons de Magaria et de Matameye, respectivement à 80 et 70 kilomètres de Zinder.

« Alors que le Niger s’apprête à fêter l’anniversaire de son indépendance dans la ville de Zinder le 18 décembre prochain, les autorités doivent montrer leur attachement aux droits humains en mettant fin aux poursuites contre Yahaya Badamassi et Sadat Illiya Dan Malam et en les libérant immédiatement et sans condition,» a déclaré Kiné Fatim Diop.


Source: amnesty.org

Share Button

Related posts

Leave a Comment