Liban. Le nouveau Conseil des ministres doit accorder la priorité aux droits humains

Le gouvernement libanais nouvellement formé établissant son programme centré sur l’économie et la lutte contre la corruption, les autorités doivent accorder la priorité aux droits humains et se pencher sur des questions essentielles en vue de garantir un avenir plus juste et plus équitable pour les habitants du pays, a déclaré Amnesty International.


« Depuis trop longtemps, les gens souffrent des conséquences de l’impasse politique et de l’absence d’obligation de rendre des comptes, qui favorisent à leur tour des atteintes aux droits humains, notamment des violations des droits économiques et sociaux de la vaste majorité de la population », a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty International.

Amnesty International a identifié neuf questions centrales, déterminantes pour lutter contre les violations des droits humains au Liban. Il s’agit notamment du respect des droits des femmes, des personnes LGBTI, des réfugiés et des employés de maison immigrés, de la protection du droit à la liberté d’expression et de l’abolition de la peine de mort.

« Pour la première fois depuis des années, le Liban a enfin élu un Parlement et désigné un Conseil des ministres. Il est grand temps que les décideurs s’engagent sur la voie de réformes accordant la priorité à l’intérêt général. Il est de la responsabilité des autorités de respecter, protéger et réaliser les droits fondamentaux des habitants de ce pays et de garantir un avenir plus juste et plus équitable pour tous », a déclaré Lynn Maalouf.

Pour consulter l’intégralité de la déclaration, cliquez ici, ainsi que la vidéo.


Source: amnesty.org

Share Button

Related posts

Leave a Comment