Turquie. Un réfugié bloqué dans une zone de transit d’aéroport risque d’être expulsé d’un moment à l’autre

Un réfugié palestinien de Syrie retenu dans la zone de transit de l’aéroport d’Istanbul depuis plus de six semaines risque d’être expulsé d’un moment à l’autre et doit être autorisé à entrer sur le territoire turc, a déclaré Amnesty International. Mohamed Ajlani Younes vit dans l’aéroport sans accès à une alimentation correcte, privé de lumière naturelle et sans pouvoir sortir prendre l’air depuis le 26 mai. « Alors que des milliers de passagers traversent le nouveau terminal aéroportuaire d’Istanbul, tout ce que peut faire Mohamed Ajlani Younes est de…

Share Button
Read More

تركيا: لاجئ عالق في منطقة العبور بالمطار عرضة لخطر الترحيل الوشيك

قالت منظمة العفو الدولية إن لاجئًا فلسطينيًا من سوريا، عالق في منطقة العبور بمطار إسطنبول لأكثر من ستة أسابيع ويواجه خطر الترحيل الوشيك، يجب أن يُسمح له بالدخول إلى الأراضي التركية. منذ 26 مايو/أيار، ويعيش محمد العجلاني يونس في المطار دون الحصول على الطعام الكافي أو الضوء الطبيعي أو الهواء النقي. وقالت أدريانا تيدونا، الباحثة المعنية بشؤون الهجرة في منظمة العفو الدولية: « مع تدفق آلاف المسافرين عبر مطار إسطنبول الجديد، كل ما يمكن لمحمد العجلاني يونس أن يفعله هو الترقب والانتظار. فهو يواجه الترحيل الوشيك إلى لبنان…

Share Button
Read More

RDC. La condamnation par la CPI de Bosco Ntaganda rend enfin justice aux victimes de crimes atroces

  En réaction à la condamnation lundi 8 juillet 2019 par la Cour pénale internationale (CPI) de Bosco Ntaganda, ancien leader d’un groupe rebelle en République démocratique du Congo (RDC) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, Joan Nyanyuki, directrice pour l’Afrique de l’Est à Amnesty International, a salué cette décision en ces termes : « Nous ne pouvons qu’espérer que le jugement rendu aujourd’hui apporte un peu de consolation aux personnes touchées par les crimes atroces perpétrés par Bosco Ntaganda et permette enfin à ses victimes et à leurs…

Share Button
Read More

Philippines. L’ONU doit enquêter sur la «guerre contre la drogue» meurtrière que mène le gouvernement de Rodrigo Duterte

 * Les exécutions extrajudiciaires imputables à la police demeurent généralisées  * L’ampleur des violations des droits humains atteint le seuil qualificatif de crimes contre l’humanité La vague d’homicides imputables à la police déclenchée par la lutte antidrogue meurtrière que mène le président philippin Rodrigo Duterte continue de déferler, détruisant des vies et dévastant des communautés, révèle le rapport publié par Amnesty International le 8 juillet 2019. L’ONU doit immédiatement ouvrir une enquête sur les violations flagrantes des droits humains et les possibles crimes contre l’humanité commis dans le cadre…

Share Button
Read More