Iran. Un adolescent de 17 ans risque une exécution imminente

Les autorités iraniennes doivent de toute urgence empêcher l’exécution d’un adolescent de 17 ans reconnu coupable de meurtre et de viol et commuer sa condamnation à mort en peine d’emprisonnement, a déclaré Amnesty International. Amirhossein Pourjafar doit être exécuté dans une prison de Téhéran le 19 octobre 2017. Il a été arrêté en avril 2016 et condamné à mort six mois plus tard, après avoir été reconnu coupable du viol et du meurtre d’une fillette de sept ans, Setayesh Ghoreyshi, membre de la communauté afghane d’Iran, qui est marginalisée. « Il…

Share Button
Read More

إيران: شاب في السابعة عشرة من عمره عرضة لخطر الإعدام الوشيك

قالت منظمة العفو الدولية إنه يجب على السلطات الإيرانية أن توقف على وجه السرعة إعدام شاب يبلغ من العمر 17 عاماً، كان قد أُدين بتهمة القتل العمد والاغتصاب، وأن تخفف حكم الإعدام إلى السجن. ومن المقرر تنفيذ حكم الإعدام في أميرحسين بورجعفر في أحد السجون في طهران يوم 19 أكتوبر/تشرين الأول 2017. وكان قد قُبض عليه في إبريل/نيسان 2016، وحُكم عليه بالإعدام بعد ستة شهور، إثر إدانته باغتصاب وقتل فتاة تبلغ من العمر سبع سنوات، وتُدعي ستايش قريشي، وهي تنتمي إلى طائفة الأفغان المهاجرين المهمَّشة في إيران. وقالت…

Share Button
Read More

Un anniversaire derrière les barreaux

Imaginez : vous organisez une fête, et personne ne vient. Cela ne risque pas d’arriver aujourd’hui, car des milliers de personnes sont attendues pour célébrer l’anniversaire de la défenseure des droits humains Idil Eser. Une seule personne manquera à l’appel : Idil elle-même. Au lieu de prendre part à l’une des quelque 200 fêtes d’anniversaire organisées dans 27 pays à travers le monde, Idil passera son anniversaire dans la section la plus sécurisée de la prison la plus sécurisée de Turquie. İdil, directrice d’Amnesty International Turquie, a été arrêtée…

Share Button
Read More

Cameroun. Des détenus « entassés comme des sardines » dans les prisons à la suite des manifestations dans les régions anglophones

. Plus de 500 personnes placées en détention dans plusieurs villes, dont Bamenda et Buéa.· Des manifestants blessés fuient les hôpitaux par peur d’être arrêtés.· Des manifestants arrêtés sont contraints de verser 50 euros de pot-de-vin pour être libérés.  Au moins 500 personnes sont toujours enfermées dans des centres de détention surpeuplés à la suite des arrestations arbitraires massives qui ont eu lieu dans les régions anglophones du Cameroun et de nombreux manifestants blessés fuient les hôpitaux pour éviter d’être arrêtés, a déclaré Amnesty International le 13 octobre 2017.…

Share Button
Read More

Kenya. L’interdiction des manifestations ne doit pas légitimer la répression policière

À la suite de la décision du gouvernement kenyan d’interdire les manifestations dans le centre-ville des trois principales villes du pays (Nairobi, Mombasa et Kisumu), Michelle Kagari, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands Lacs, a déclaré : « Cette interdiction, annoncée à deux semaines d’une nouvelle élection présidentielle tendue, risque de donner lieu à une répression policière brutale. « Ce type d’interdiction totale n’est justifiable que dans les circonstances les plus extrêmes où la police ne pourrait pas assurer l’ordre public…

Share Button
Read More