Crimée. Il faut libérer un Tatar de Crimée âgé, incarcéré pour avoir brandi une pancarte

La Russie doit libérer immédiatement un homme de 76 ans, atteint de la maladie de Parkinson, incarcéré pour avoir brandi une pancarte en soutien aux Tatars de Crimée persécutés, a déclaré Amnesty International le 10 août 2017. Server Karametov, un Tatar de Crimée, a été condamné le 9 août à 10 jours de « détention administrative » pour avoir manifesté en soutien au prisonnier d’opinion Akhtem Tchiygoz et à d’autres victimes de poursuites motivées par des considérations politiques devant la Cour suprême de Crimée, placée sous le contrôle des autorités de facto de Simferopol, la…

Share Button
Read More

L'Iran exécute un jeune homme arrêté lorsqu'il avait 15 ans

En réaction à l’exécution, jeudi 10 août, d’Alireza Tajiki, jeune Iranien arrêté, déclaré coupable et condamné à mort alors qu’il était mineur, Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré : « En procédant à cette exécution, au mépris de leurs obligations découlant du droit international et d’une forte opposition de l’opinion publique iranienne et internationale, les autorités iraniennes démontrent une nouvelle fois le peu de cas qu’elles font des droits des mineurs. Cet acte honteux marque un tournant en Iran et met au…

Share Button
Read More

عار على إيران إعدام شاب قبض عليه وعمره 15 عاماً

قالت ماجدالينا مغربي، نائبة المديرة الإقليمية للشرق الأوسط وشمال أفريقيا في منظمة العفو الدولية، عقب إعدام علي رضا تاجيكي، وهو شاب إيراني قبض عليه وأدين وحكم بالإعدام وكان لايزال طفلاً: « لقد أظهرت السلطات الإيرانية مرة أخرى، بمضيها قُدماً في عملية الإعدام هذه، بخلاف ما تفرضه عليها التزاماتها بموجب القانون الدولي، وعلى الرغم من المعارضة الجماهيرية والدولية الهائلة، وعلى نحو شديد القسوة، ازدراءها الكامل لحقوق الطفل. فهذه الفعلة المخزية تشكل نقطة تحوّل حاسمة لإيران، وتكشف عن مدى خواء ادعاءات السلطات بأن لديها نظام قضائي حقيقي للأحداث ». « وعلي رضا تاجيكي…

Share Button
Read More

Kenya. La police doit user de la force en dernier recours dans le cadre des manifestations

La police kényane ne doit pas user d’une force injustifiée dans le cadre des manifestations liées aux élections, a déclaré Amnesty International le 9 août 2017 alors que le pays est plongé dans la peur et l’incertitude, l’opposition ayant rejeté les premiers résultats rendus publics. Lors d’une conférence de presse en direct dans la matinée du 9 août, le candidat de l’opposition Raila Odinga, de la coalition Super Alliance Nationale (NASA), a affirmé que le site de la commission électorale avait été piraté et les résultats manipulés en faveur du parti…

Share Button
Read More

La police du Kenya ne doit pas recourir à une force excessive durant les élections

Un nuage sombre plane sur les élections prévues cette semaine. Craignant une répétition des violences qui ont suivi l’élection de 2007, la police s’apprête à disperser les manifestations et a désigné des « hotspots » de violence. La période de campagne électorale a déjà été émaillée d’incidents violents. Les partisans de candidats rivaux au poste de gouverneur se sont affrontés dans la ville d’Eldoret, dans l’ouest du pays, le 19 juillet, faisant cinq blessés, ainsi qu’à Marsabit dans le nord du pays, le 26 juillet, où quatre personnes ont été blessées. …

Share Button
Read More